Avec ces confinements, ces règles, ces interdictions, la danse qui fait partie du ministère de la culture, a tantôt été considéré comme activité sportive puis activité culturelle puis sportive, etc. Personnellement, je suis d'avis quand même que dans ce contexte sanitaire, la danse est effectivement une pratique sportive. Mais du sport à la danse, quelles sont les différences ? Car pour moi, il n'en reste pas moins que la danse n'est pas un sport, même si elle façonne les corps et nous fait transpirer.


La différence principale : l'objectif

Revenons aux définitions : le sport

D'après le Larousse, la définition du sport est la suivante : ensemble des exercices physiques se présentant sous forme de jeux individuels ou collectifs, donnant généralement lieu à compétition, pratiqués en observant certaines règles précises.

Tentative de définition de la danse

Les définitions de la danse sont diverses et multiples : "ensemble défini de mouvements dénué de signification propre" (Wikipédia), "Suite de mouvements rythmés du corps (le plus souvent au son d'une musique)" (Robert)... "un mode d'expression transient constitué de séquences de mouvements de corps dans l'espace souvent accompagnés par de la musique." (deuxième tentative de Wikipédia).

Danse en vacances

Une vrai différence donc de philosophie

Bon, il y a déjà peut être une petite difficulté à saisir ce que c'est que la danse, aussi. Voilà mon point de vue sur la danse contemporaine, et les globalement, les danse dites "artistiques". Pour moi, il s'agit quand même, avant tout, avant de parler d'éxecution technique, d'expression corporelle, d'art physique. On ne parle pas ici de mime, de théâtre ni de grande histoire, mais bien de toutes ces choses que le corps raconte et qu'on ne sait nommer avec des mots. Un volume dans le corps, des lignes, une densité du corps, etc. ...

Voilà qui n'a donc rien du sport !

& enfin, la danse n'est pas histoire de jeu, mais bien de sensation, d'expression. Oui on peut (et c'est tellement plus sympa) l'apprendre de façon ludique, mais elle n'a rien d'un jeu. Vous voyez la différence ? Voilà peut-être ici le sujet d'un article de blog à part entière !


Danser, c’est comme parler en silence. C’est dire plein de choses sans dire un mot.

Yuri Buenaventura


Si c'est si évident, pourquoi on hésite ?

sport en ville

Tout simplement déjà car on peut pratiquer la danse comme un sport. C'est d'ailleurs le cas pour partie des "danses sportives". On peut tout à faire bouger son corps dans le "simple" (on s'entend bien!) objectif de règle, de compétition. Les danses de salon qui se dansent en compétition avec notamment des mouvements imposés, des notes, etc.

Et c'est comme ça qu'on peut définir la danse comme "une série de pas en musique".

On peut aussi à l'inverse utiliser les outils de la danse pour faire du sport, ou en tous cas, avoir une pratique sportive, de manière plus dansée pour la rendre plus ludique et plus accessible. C'est le cas notamment des sports individuels, du fitness, ou encore de la Zumba. Mais là encore l'objectif n'est pas l'expression corporelle. On met le corps en musique, on travaille la coordination certes, mais l'objectif n'est pas ici l'expression du corps. Il s'agit bien de se dépenser, de sentir ses muscles, de transpirer un bon coup. Et c'est très bien ! Je suis la première à adorer ça de temps en temps. Mais pour moi, ce n'est pas une danse au sens artistique du terme. 


Oui, bon, c'est juste une histoire d'étiquette alors ?

Et bien oui et non

Oui, en soit, on peut dire qu'on s'en fiche d'appeler la danse du sport et de nommer certaines pratiques sportives comme de la danse car ce n'est qu'une histoire d'étiquette. Mais les mots ont un sens et derrière ne se cachent pas les même enjeux corporels, pédagogiques, philosophiques. Et c'est pour ça que c'est important pour nous, en tant que professeur.e.s de danse, à la fois pour notre pratique, mais aussi pour ce que ça raconte à nos élèves. 

On est dans une conscience corporelle différente quand on va à la danse ou quand on va à la gym, à la Zumba ou à la fitness. On est aussi dans une démarche pédagogique très différente. Il ne s'agit pas seulement de faire exécuter des mouvements aux élèves mais de leur faire percevoir le sens du mouvement, de les nourrir d'expérience, de les amener vers cette expression corporelle qui fait la spécificité de cette pratique. 

Il n'y a ici absolument rien contre la gymnastique, la Zumba ou la fitness qui travaillent bien d'autres choses, de l'ordre de la performance physique, de la rythmicité, et bien sûr du lâcher prise et de la philosophie sportive de se dépasser, mais c'est différent.

gala de danse

Une des différences notoires réside quand même dans la philosophie liée à la performance. A priori, tout le monde a sa place dans un cours de danse puisqu'il s'agit d'expression. Là où on peut être bon ou mauvais dans un sport, on ne peut pas être mauvais en danse. Même si, on est d'accord, ça se travaille d'être bien dans son corps, de l'écouter, de le laisser bouger, d'accepter ses silences, ses ralentis. La danse a elle aussi ses codes : tourner, sauter, mais ils deviennent de la gym dans leur exécution purement technique, aussi intéressante soit-elle. C'est pour ça qu'on parle d'état de danse, de spectacle de danse & de tant d'autres choses ...


C'est beau, non ? Qu'en pensez-vous ?



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *