Après plusieurs semaines du festival Montpellier Danse, j'ai déjà eu la chance d'aller voir plusieurs spectacles inspirants. Une chance d'autant plus précieuse vu le contexte. Ces pièces et chorégraphes sont de vraies sources d'inspiration et viennent chacun.e à leur façon teinter les cours de danse que je vous prépare. J'avais donc envie de vous les présenter et de vous indiquer en quoi ils apparaissaient dans les cours. J'espère qu'ils vous inspireront à leur tour. Bonne lecture.


Dominique Bagouet

Un chorégraphe inspirant par sa danse et son parcours

Il est le fondateur de Montpellier Danse et il a marqué l'histoire de la danse contemporaine en France. Outre la danse, il est connu pour avoir eu une carrière trop courte, victime du SIDA, mais aussi pour ses carnets, les "Carnets Bagouets" destinés à transmettre ses créations à sa troupe. Pour en savoir plus sur sa biographie, le CCN de Montpellier en a rédigé une très claire. So schnell est la pièce qui a été présentée en septembre à Montpellier. C'est une pièce particulièrement emblématique que Bagouet avait créé en 1995 pour l'inauguration du Corum. Il l'avait beaucoup retravaillé et semblait être un condensé de ses axes de travail. Alors en quoi Dominique Bagouet et notamment via So Schnell est un chorégraphe inspirant ?

Énergie et humour

La danse de Bagouet est sérieuse mais ne se prend pas au sérieux. Vous le verrez sur les visages des danseur.se.s. Ils sont habité.e.s par leur danse, sont heureux.ses de danser et, fait rare dans le milieu professionnel, vous verrez plein de sourires sur les visages dansants. L'humour du chorégraphe se retrouve aussi par des mouvements de danse décalés qui sont souvent détourné du quotidien. Des danseur.se.s qui passent le balai, qui sautillent... C'est gai, vivant et plein d'énergie !

Qualités de mouvement

Si je ne devais citer qu'une caractéristique de la technique de Bagouet, ça serait celle-ci. Les qualités de mouvement des danseurs sont magnifiques et sculptent les corps. La danse n'est pas enchaînement de postures ou de mouvements mais bien des traversées d'états de corps. Des corps vifs et légers deviennent soudainement lourds. Les corps tranchent puis dessinent, s'envolent ou ralentissent. Une danse en trois dimensions, pleine de relief où les corps racontent tant de choses ! Un vrai délice !


Le corps est notre maison, notre humanité, ce que nous avons à la fois de plus individuel et de plus personnel aussi. C’est toujours à travers lui que je me relie au monde et que je lis le monde.

Anne Teresa de Keersmaeker


Emmanuel Gat

Un chorégraphe au parcours inspirant

Israélien, il est d'abord sportif puis chef d'orchestre, avant de découvrir la danse à 23 ans. Quand je vous dis qu'il n'y a pas d'âge pour se mettre à la danse, voire pour en faire son métier ! La plupart du temps, en plus des chorégraphies, il crée les bandes sonores, la lumière et la scénographie. Un sacré artiste !

Une danse technique et physique

Les chorégraphies d'Emmanuel Gat n'ont pas l'air simples, mais les danseur.se.s ont l'air de les réaliser très simplement. Chaque fois que je vois un spectacle d'Emmanuel Gat, il me donne envie de retourner en studio et de danser, de travailler ma technique et laisser le corps apprendre. Mais la technique n'est jamais là pour exposer des formes. Elle fait vivre les corps, les mets en situation de déséquilibres, d'étirements,  de tours. Elle nous embarque !

Good vibes only

Emmanuel Gat est un chorégraphe qui a le sourire, la patate et qui profite de la vie. Ça se voit sur scène et dans chacune de ses interviews. Bon alors sur scène, j'avoue que parfois, du coup, on ne sait plus où donner de la tête. Vous le verrez dans les vidéos, il se passe plein de choses, ça bouge, ça tourne, et il faut suivre. Mais c'est ça aussi le spectacle. Savoir se laisser porter même si on ne saisit pas tout ! Son rapport à la musique contribue aussi à nous embarquer et à nous transmettre son énergie. C'était particulièrement vrai sur LoveTrain2020 et les musiques de Tears for Fear.


Anne Teresa de Keersmaeker

Il fallait quand même une femme pour finir ces inspirations ! Et quelle chorégraphe ! Très différente des deux précédents. Chorégraphe belge, elle a un rapport bien particulier au mouvement, à la musique. Elle a développé son propre langage chorégraphique, dont Rosas danst Rosas en est une emblème. Une chorégraphe qui est plus dans la théorie de la danse, et ses réflexions. Ses pièces ne sont donc pas toujours très accessibles mais cette réflexion est fascinante et a participé à réinventé les manières de créer et de chorégraphier. 

Un rapport à la musique très précis

On dit d'elle qu'elle a réinventé un lien entre la danse et la musique. Elle a notamment beaucoup travaillé avec la musique contemporaine de Steve Reich et les musiques minimalistes. La musique est un support pour son langage chorégraphique, précis, épuré, énergique et quand même émotionnel. Elle travaille beaucoup avec les partitions qu'elle analyse et décortique !

Des prises d'espaces inspirantes

Celles qui prennent des cours avec moi savent que j'adore travailler sur les différentes mises en scène dans l'espace. S'il y a bien une chorégraphe qui travaille sur ce sujet, c'est notamment Anne Teresa de Keersmaeker. Des cercles précis, des diagonales. Ces formes viennent sculpter l'espace en adéquation avec les mouvements musicaux. En effet, la géométrie et les structures mathématiques sont pour elle des sources d'inspiration pour la création et le mouvement. Quelque chose qui m'a toujours fasciné ! Quand je vous dis que la danse est de partout ! 😉


Inspirant.e.s, non ?

Mes prochains spectacles seront plus côté cirque, ça vous tente ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *